Le Thorium

Atouts du Th 232

Le Thorium (Th 232), atome découvert dans les années 1950, est un métal peu radioactif et qui permettrait de remplacer les centrales nucléaires actuelles de 2ème génération par des centrales de 4ème génération fonctionnant avec du Th 232 et non de l'U 235. Je vous propose de regarder cette vidéo, qui explique très bien les atouts et les inconvénients de cette ressource :

 

Après cette vidéos, il y a plusieurs points importants que l'on peut retenir, et classer dans un tableau selon qu'ils soient des avantages ou des inconvénients :

 

Avantages

 

Inconvénients

 

  • Le Th 232 est 3 à 4 fois plus abondant que l'U 235 dans la nature
  • Efficacité énergétique environ 200 fois supérieure à celle des centrales de 2ème génération
  • Avantages des centrales à sels fondus :
  1. Sécurité accrue : en cas de surchaffe, évacuation des sels dans des cuves où ils refroidissent (risque zéro)
  2. Moins de déchets radioactifs : les produits radioactifs peuvent être réintégrés aux sels fondus et entraîner de nouvelles réactions
  • Production de déchets radioactifs 200 fois inférieure à celle des des centrales REP (centrales de 2ème génération)
  • Le liquide dans lequel baigne le Th 232 est une solution de sels fondus qui est corrosive et dangereuse

 

Où en est-on ?

Actuellement, le Forum International Génération IV, organisme regroupant plusieurs pays du monde entier, cherche à mettre en place de nouvelles réglementations concernant la mise en place de nouveaux réacteurs nucléaires, les réacteurs de Génération IV (voir les RSF). Ce Forum compte, d'ici à 2030, instaurer plusieurs règles, afin de limiter les risques environnementaux, humains et matériels.

Pays participants au Forum International Génération IV

Le FIG4 a fixés plusieurs objectifs, listés ci-dessous :
  • Réacteurs nucléaires plus sûrs (limiter les accidents, prévoir des solutions en cas d'accident...)
  • Résistance à la prolifération (limiter dans le temps l'activité des déchets hautement radioactifs)
  • Volume de déchets radioactifs minimisé (les RSF par exemple, réinjectent la plupart de leurs déchets dans le réacteur pour les refaire fissionner)
  • Utilisation des ressources naturelles optimisée (privilégier les espèces naturellement abondantes et stables)
  • Coûts totaux des réacteurs diminués (réduire les coûts de construction, d'entretien, et d'utilisation du réacteur)

 

A ces 5 points principaux, 6 réacteurs de Génération IV sont actuellement à l'étude, et ce depuis 2006.

(voir : Les réacteurs de Génération IV)

12 votes. Moyenne 3.50 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site